Chat GPT dans l’éducation – comment l’utiliser à bon escient ? 

Bonjour, 

Vous vous demandez quels sont les impacts de Chat GPT pour le monde de l’éducation

Vous avez envie de l’utiliser à bon escient pour vos enfants – pour vos élèves ?

Alors vous êtes au bon endroit.

Chat GPT, l’agent conversationnel de l’entreprise américaine Open AI a surpris le système scolaire français. 

Contrairement aux recherches google et wikipedia, Chat GPT fournit des réponses exactes à une question pour le plus grand bonheur des élèves. Sans aucun effort – les élèves peuvent rédiger une dissertation avec le chatbot. 

En plus, les professeurs sont démunis. 

Car aucun système ne permet à ce jour de détecter les contenus générés par l’IA

Enfin, l’éducation nationale – minée par les résultats au classement PISA et désertée par ses professeurs – peine à donner des instructions claires. 

Alors que vous soyez parent d’élève, professeur ou curieux, vous vous demandez que faire. 

Que faire pour que les jeunes françaises et français disposent des compétences nécessaires pour vivre dans le monde où l’IA va devenir de plus en plus puissante ?

Dans cet article, je vais d’abord explorer les impacts de Chat GPT sur les élèves et les professeur

Puis je vous partagerai des solutions pour faire de cet outil un vecteur de progrès et éviter le désastre cognitif. 

J’ai rédigé cet article après des recherches documentaires, des conversations avec des professeurs et les contributions de ma publication linkedin sur l’éducation. 

Chapitre 1 : Chat GPT pour l’éducation : un outil à double tranchant pour les élèves

“ChatGPT est peut être un vilain sabordeur de devoir, mais il peut également être un excellent professeur.” Zoltan Mayer

A – Chat GPT saborde les devoirs et l’esprit critique 

Imaginez-vous au collège.

Vous avez un devoir maison d’histoire à rendre.  

Avant, vous deviez chercher dans des livres, sur internet, ou bien demander à des amis. 

Maintenant, vous allez sur chat gpt, vous écrivez : “J’ai un devoir sur Napoléon III et le baron Haussmann, peux-tu rédiger un texte de 500 mots sur l’importance de ce personnage dans le second Empire ?” 

Et chat gpt de s’exécuter. 

chat gpt pour les étudiants

Et vous de copier coller. 

Les étudiants d’aujourd’hui peuvent simplement copier coller les réponses sans analyser de manière critique l’exactitude, l’authenticité et la source des informations fournies

Cela peut provoquer une diminution de la pensée critique et de l’acquisition de connaissance. 

Et ce n’est pas tout. 

Comme toujours, les élèves plus fainéants seront plus enclins à utiliser l’IA et cela créera une sorte de sélection naturelle : 

“La difficulté est d’autant plus ardue que le facteur de distinction de cette sélection naturelle relève de l’autonomie des volontés des individus et de leur penchant pour la facilité” selon Khalid. 

Un autre internaute – Eric Deronzier ajoute : Chat GPT “diminue encore le goût de l’effort. Seuls les plus courageux iront creuser dans des articles de fond, des documents de recherche. Cela risque de creuser encore la fracture du niveau des étudiants” 

Or les élèves ont besoin de réfléchir pour se développer cognitivement. 

Comme le dit Claude Coulombe, docteur en informatique cognitive de l’Université du Québec à Montréal « Nous devenons ce que nous faisons avec notre cerveau ». 

Il ajoute : “ Demander à un outil d’IA de résoudre un problème à notre place peut-être pratique, mais cela court-circuite l’apprentissage de notre cerveau, en contournant le développement neuronal qui accompagnerait la maîtrise des processus mentaux impliqués dans la résolution d’un problème ou l’écriture d’un texte. Nous seuls pouvons créer et renforcer nos connexions neuronales, et ce uniquement grâce à notre propre travail intellectuel”  

Ainsi, une utilisation à mauvais escient de l’IA par les élèves : 

1 –  diminue l’acquisition de connaissances et l’esprit critique 

2 – pourrait creuser la fracture entre les étudiants les plus et les moins courageux (qui utilisent l’IA)

3 – et en plus retarder le développement de leur cerveau 

Zoltan Mayer nuance ces menaces en disant : 

“Les élèves n’ont pas attendu l’avènement de l’IA pour contourner les devoirs à la maison, entre ceux qui ne rendaient pas, ceux qui copiaient la dissertation du voisin pendant la récré, ceux qui soudoyaient le premier de la classe et ceux qui piquaient le devoir du grand frère passé deux ans plus tôt… Nombreux sont ceux qui esquivaient déjà le travail” ”

En plus, bien utilisé, l’intelligence artificielle générative peut être un précieux allié pour les élèves. 

B – Chat GPT : un professeur complémentaire à votre service 

En tant que français, nous avons une tendance au négativisme, comme si un voile noir était sans cesse hissé devant nos yeux. L’IA n’échappe pas à cette tendance. 

Pourtant, Chat GPT – utilisé à bon escient peut être un soutien précieux aux élèves. 

Il suffit de copier coller un texte dans l’interface et Chat GPT produit “un texte plus raffiné, mieux argumenté et surtout sans erreurs.”

Si l’élève a réfléchi en amont, alors ce type de démarche peut être stimulante. 

De plus, l’élève peut poser des questions à Chat GPT sur tous les domaines (sauf les mathématiques où le chatbot en version gratuite n’est pas très doué).  Chat GPT peut ensuite simplifier l’explication pour la rendre accessible. Cela permet aux élèves de gagner du temps d’apprentissage. 

Par exemple : 

Chat GPT assistant pédagogique

Mieux encore, l’IA peut créer des exercices personnalisés en fonction du niveau et des intérêts de l’élève, permettant une progression au rythme de l’élève.

Enfin, Chat GPT peut être un vecteur de diminution des inégalités sociales. Tous les élèves n’ont pas la chance d’avoir des parents instruits ou des professeurs particuliers, l’IA peut alors jouer le rôle d’aide aux devoirs. 

Vous comprenez alors que Chat GPT peut être utile pour les professeurs. 

Chapitre 2 – Chat GPT pour l’éducation : un assistant pédagogique utile pour les professeurs 

A – Un assistant toujours prêt à vous aider 

J’ai mangé avec un ami professeur fasciné par Chat GPT.

Il le prend comme assistant pédagogique qui lui permet d’adapter son état d’esprit, ses programmes et sa pédagogie pour créer une valeur ajoutée pour ses étudiants.

L’IA lui fait aussi gagner du temps.

Elle l’aide à : 

  • créer des présentations pour des cours, 
  • créer des structures de cours 
  • créer des questionnaires. 

Par ailleurs, Chat GPT est un précieux allié pour donner des idées d’animation pédagogique. 

Par exemple : 

chat gpt pour les professeurs

Vous pouvez retrouver un guide de prompt pour les éducateurs écrit par Andrew Herft et adapté en français par Alexandre Gagné. 

Le réseau Canopé propose aussi un schéma résumant comment un professeur peut améliorer sa pratique avec l’IA. Ce schéma est une excellente base pour débuter : 

réseau canopé chat gpt

Malgré ces impacts positifs pour le métier, les professeurs ont aussi des ennuis avec Chat GPT.

B – La triade diabolique : suspicion, tension et peur

Juin 2023. Une professeure de l’IUT Charlemagne de Nancy défraie la chronique.

Alors qu’elle corrige les copies de ses 120 élèves pour un travail marketing sur le thermalisme, elle observe un truc étrange. 

Les élèves ont rédigé leur devoir avec des “phrases complexes et recherchées sans la moindre faute d’orthographe”. 

Puis elle comprend. 

Les étudiants ont fait un usage abusif de Chat GPT, ce qu’ils révèlent à demi-mot. 

La professeure décide alors de ne pas corriger les copies de 120 élèves, ce qui provoque une forte réaction médiatique. 

Pour l’avenir, le directeur de l’IUT a décidé «de ne pas couper l’accès à ce genre d’outil depuis l’IUT», mais d’ «engager avec les étudiants une discussion bénéfices-dangers et de les accompagner dans l’utilisation de ChatGPT». souligne le journal Libération. 

Revenons maintenant à la discussion avec mon ami professeur. 

Ce dernier suspecte toujours ses élèves d’utiliser Chat GPT car le contenu généré par IA est indétectable. 

Une fois, il a accusé à tort un élève qui n’avait finalement pas utilisé l’IA et ce dernier a été vexé. Cette atmosphère de suspicion constante est difficile pour les professeurs et les élèves. 

Enfin, certains professeurs ont peur de voir leur métier disparaître. 

Mais c’est oublier que le professeur a une expérience et des anecdotes que seul lui peut raconter.  Il mélange théorie et pratique. Il parle de son vécu. IA se base uniquement sur ses données que l’on y inscrit, l’IA n’a donc pas la capacité, l’unicité et le point de vue d’un humain. 

En résumé, Chat GPT est un outil utile pour le professeur mais il apporte aussi sa dose de défis. 

Nous avons désormais étudié les impacts négatifs et positifs de l’IA sur les élèves et les professeurs. 

Je vous propose maintenant un éventail de solutions qui pourraient permettre aux jeunes françaises et français de prospérer dans un monde à l’ère de l’IA. 

Chapitre 3 –  Les solutions pour profiter de Chat GPT dans l’éducation

Les solutions sont disponibles à plusieurs niveau d’intervention : 

  • Créer un programme de formation étatique
  • Se focaliser sur les matières d’avenir
  • Adapter la pédagogie
  • Revisiter les méthodes de travail 

Je vous propose de balayer ces solutions. 

A –  Un programme de formation étatique 

Hong Kong a lancé un programme ambitieux pour instruire les élèves aux fondements de l’IA, son fonctionnement et ses implications pour la société. Le pays asiatique pousse les élèves à développer leur propre projet IA, promouvant ainsi une approche pratique de l’apprentissage. 

L’état français devrait envisager un programme similaire. 

En effet, si les élèves ont une culture générale sur les protocoles informatiques et les systèmes informatiques, ils auront moins peur et pourront davantage se projeter dans l’avenir. De plus, nous préparons aussi les futurs talents de demain. 

L’IA est là, formons les parties prenantes à l’utiliser à bon escient plutôt que de l’interdire. 

Dans la même lignée, j’encourage le système éducatif à : 

B – Ne pas lâcher les mathématiques 

Arthur Mensch est le fondateur de Mistral AI, une startup française de l’intelligence artificielle. Titulaire des plus grands diplômes français (polytechnique, ENS, Telecom Paris) et doctorant en IA, il a travaillé 3 ans chez Deepmind, le laboratoire d’IA de Google. 

Sur France Inter, il souligne que notre école sait former des têtes bien faites. 

Notamment en mathématiques. 

​​Après les Etats-Unis et leurs 12 médailles Fields, la France est — avec 11 lauréats au total — le deuxième pays à en compter le plus.

Or, entraîner des modèles d’IA générative basés sur des principes statistiques requiert des capacités en mathématiques avancées. 

Le jeune CEO a donc déclaré sur France Inter l’importance de continuer à former d’excellents élèves dans ces matières d’avenir. 

Car – ne nous leurrons pas – l’avènement de l’IA va bousculer le marché de l’emploi. Un des rôles de l’éducation est de former les futures françaises et français à s’intégrer sur le marché du travail. 

A ce propos, l’IA – intégrée dans des solutions pédagogiques – peut faire des merveilles. 

Nous arrivons à la troisième partie de l’équation de la solution. 

C – Mettre en place des solutions pédagogiques propulsées par l’IA 

En 2024, le gouvernement français va déployer MIA Seconde, un programme d’aide au devoir pour les 200 000 élèves de seconde. Ce système est basée sur l’intelligence artificielle et a été fondé par l’entreprise Evidence B de Thierry de Vulpillières. L’application propose des exercices pour développer les compétences de l’élève selon sa zone proximale de développement. 

« Pour faire progresser un élève, il faut lui proposer des exercices un peu plus difficiles, mais pas trop pour ne pas le perdre. Derrière l’algorithme, un graphique détermine cette zone proximale de développement. Quand un élève atteint une zone à 60 %, on ouvre la zone suivante. Quand il est à plus de 80 %, on ferme l’activité »

MIA est le début d’une nouvelle éducation assistée par l’intelligence artificielle. 

A terme, une fois que les impacts de l’IA seront connus, j’imagine que l’IA pourra être introduite dès le plus jeune âge. 

L’IA serait en charge de l’augmentation la plus rapide possible des performances cognitives avec des exercices personnalisés. 

Le professeur aurait le rôle de développer les compétences dites humaines : empathie, collaboration, relationnel. 

En attendant, il faut revoir les méthodes de travail dans l’éducation. 

Car l’IA change tout. 

D – Méthode de travail dans l’éducation : il faut faire la révolution.

Sous ma publication Linkedin, il y a une opinion qui fait l’unanimité : l’éducation nationale n’est pas assez réactive face à cette avancée technologique. Elle doit vite repenser les méthodes de travail afin d’éviter un désastre cognitif. 

Dans les minutes qui suivent, je vais vous proposer des contributions originales pour vous donner des pistes de réflexion

i – L’éducation vivante de Jean Rohmer, Président de Fredrik R Bull

“ Une suggestion très simple: que les « devoirs » des élèves consistent à produire du contenu original et « vivant » au sens premier du terme. S’il faut par exemple travailler sur les transports, on va s’entretenir avec des conducteurs de bus et des passagers. On les filme – le numérique, le téléphone, ça peut avoir du bon – et on rédige un texte sur cette expérience, ou on commente. S’il faut parler de l’alimentation, on créé un potager quelque part, on filme là aussi les différentes opérations et saisons, et on décrit ce que l’on fait et ce que l’on voit, les conseils d’un jardinier. A d’autres occasions, on va poser des questions à sa grand-mère, etc … L’enseignant et les camarades de classe commentent les résultats, etc …”

L’étudiant irait dans le vrai monde mettre en pratique ses connaissances. Puis il agirait comme un reporter pour documenter ces apprentissages. 

L’éducation vivante rejoint un autre article qui invite à aider les étudiants à comprendre et à valoriser pourquoi et comment ils ont appris, plutôt que le résultat final ou la solution. 

« Pour bien apprendre, il faut aimer le processus d’apprentissage et sa propre créativité »

ii – Utiliser l’IA de manière pratico-pratique

Un internaute propose que les étudiants fassent des projets personnels avec l’IA comme des recettes de cuisine, exercice de sport, conseil de rangement. Cette approche permet de comprendre la puissance de l’outil, sans contrainte. 

Mais ce n’est pas tout. 

Il faut changer la nature des activités et avoir des attentes plus élevés, puisque Chat GPT augmente le niveau moyen des élèves. 

Un professeur insiste sur le fait de : 

  • concevoir des activités qui demandent réflexion, 
  • lier les devoirs type dissertation à des études de cas concrètes, 
  • donner des règles pour les évaluations de dissertation incluant l’IA 
  •  et discuter des compétences humaines dans leur future carrière. 

Je pense aussi que les professejurs devraient se former à Chat GPT pour améliorer leur pdéagogie.

iii – Les méthodes d’évaluation doivent aussi s’adapter. 

Vous savez désormais qu’il est impossible de vérifier un texte généré par IA. Les devoirs maison sont sans doute devenus obsolètes, car l’élève sera trop tenté de le faire avec l’IA. 

Pour remédier à ce problème, Science Po Paris a décidé de revenir à des devoirs sur table et à des oraux, sans assistance de l’IA. Cela force les élèves à internaliser les connaissances. 

Le professeur Ethan Mollick – référence de l’IA dans l’éducation – n’interdit pas à ses élèves d’utiliser l’IA pour les devoirs maison. Il leur demande d’expliquer comment ils l’ont utilisé dans leur processus et de partager leur prompt. Cette initiative est une bonne manière de faire progresser les élèves car dans tous les cas, les élèves vont utiliser l’IA. L’enjeu est de créer une relation de confiance avec les élèves de façon à ce qu’ils comprennent que les règles sont faites pour eux et pour les faire progresser. 

Enfin, tout le monde plaide pour une utilisation raisonnée de l’IA. 

iv – laisser l’IA à sa juste place 

Pascal Alix, avocat introduit cette idée : 

“Il faut maintenir l’exigence de l’effort cognitif que les générations précédentes ont fourni pour calculer, démontrer, synthétiser, analyser, discuter, interpréter, etc. Ce ne doit pas devenir une prothèse indispensable. On doit pouvoir l’utiliser. Mais on doit également pouvoir s’en passer. Faute de quoi les générations à venir seront moins favorisées sur le plan cognitif que les générations actuelles et précédentes”

Il propose d’alterner des temps d’utilisation de l' »IA » et des temps de travail sans « IA ».”

Chat GPT dans l’éducation : oui, avec modération

 “L’IA n’est qu’un outil. Le problème n’est pas l’outil mais la façon dont on va l’utiliser. Si on le subit, on en deviendra dépendant et on s’appauvrira intellectuellement. Si on le maîtrise, on s’enrichira et on progressera.” Thierry Adenis 

“L’excellent étudiant de demain sera l’excellent étudiant d’hier utilisant intelligemment l’IA en lui soumettant des requêtes pertinentes. Or, pour acquérir cette intelligence, un effort cognitif sans prothèse cognitive est préférable. » Pascal Alix 

Je propose donc le scénario suivant pour les 5 prochaines années : 

Dans un premier temps, je milite pour un apprentissage des fondamentaux sans intelligence artificielle. Le jeune élève devrait se confronter au monde réel avec une éducation vivante pour développer au maximum ses capacités cognitives, sociales et pratiques. 

Dans un second temps, disons le lycée, nous pourrions introduire une IA d’aide au devoir comme Mia.  Cette IA donnerait des exercices personnalisés aux élèves en fonction de leur niveau et de leur intérêt. 

Post-lycée, le jeune devient un adulte dont l’esprit critique est désormais affûté. Il est prêt à continuer ses études et sait qu’il doit internaliser les connaissances et développer son expertise pour ne pas devenir obsolète à l’ère de l’IA. Aussi, l’enseignement supérieur devra préparer les jeunes à des métiers liés à la robotique et l’intelligence artificielle pour éviter un chômage de masse. 

Je m’explique. 

2778 chercheurs en IA prévoient que l’AGI – une  IA aussi douée que l’humain dans toutes les tâches – adviendra en 2047.  Au cours de l’année 2023, cette estimation a baissé de 13 ans ! 

Le site metaculus qui fait prédire les internautes prévoit une AGI faible en 2026, une AGI forte en 2031. 

« Nous avons tendance à sur-estimer l’effet d’une technologie sur le court terme et la sous estimer sur le long terme. » la Loi d’Amara

Autrement dit, le changement social est plus lent que le changement technologique. Les changements ne sont peut-être pas encore visibles immédiatement. Mais ceux-ci arriveront plus tôt que la plupart le pense.

Ainsi peut être qu’en 2040, l’idée de l’éducation de l’humain sera déjà lointaine, tant l’IA sera devenue “intelligente”.

En attendant – il est urgent de faire le maximum aujourd’hui pour permettre aux jeunes d’aujourd’hui de ne pas être “sacrifiés”. 

Merci pour votre lecture. 

Jean-Baptiste. 

.
Partagez cet article !
Jean-Baptiste
Jean-Baptiste
Publications: 84