Web 3.0 : le guide complet pour tout comprendre en moins de 10 minutes

Bonjour, 

Vous voulez en savoir davantage sur le Web 3.0 ?

Alors vous êtes au bon endroit.

Dans les prochaines minutes, nous allons déchiffrer ce concept pour le comprendre en profondeur. 

Mon but est le suivant – vous emmener : 

  • Du point A : je sais vaguement ce qu’est le Web 3.0 
  • Au point B : j’ai enfin compris ce qu’est la troisième génération internet et je peux commencer à saisir les opportunités qui se présentent à moi. Je comprends mieux le lien entre Web3, NFT, crypto, DAO et blockchain. 

Pour y arriver, voici notre programme : 

  • Qu’est ce qu’un jeton (token) ?
  • Qu’est ce que la blockchain ?
  • Web1 (environ 1990-2005)
  • Web2 (environ 2005-2020)
  • Web3 
  • Pourquoi le Web 3.0 est important ?
  • Axie Infinity : le leader des jeux Play and Earn 
  • Brave : le navigateur internet qui vous paye pour regarder des publicités 
  • Odyssey : l’alternative à youtube sans censure 

Sans plus tarder, allons y… commençons par revoir ensemble deux notions essentielles : 

  • Les jetons 
  • La blockchain

Qu’est ce qu’un jeton (token) ?

D’après le journal du net, « dans l’univers de la cryptomonnaie, un token désigne un actif numérique transférable entre deux parties sur Internet sans avoir besoin, pour cela, de l’autorisation d’un tiers.”

Les jetons (tokens) peuvent être fongibles ou non fongibles :

  • Les jetons fongibles sont interchangeables comme deux lingots d’or ou deux pièces de 1 euro.
  • Les jetons non fongibles (NFT) sont uniques (comme la Joconde de Léonard de Vinci)

Exemple du jeu Axie Infinity :

  • Les jetons fongibles sont la monnaie virtuelle (SLP : Smooth Love Potion)
  • Les jetons non fongibles (NFT) sont les monstres axie, les terrains, les items du jeu.

Lisez mon article sur les NFT pour en savoir davantage sur ces jetons et comprendre les opportunités qui se présentent à vous. 

Maintenant, les jetons existent grâce à la blockchain, voyons donc maintenant rapidement comment cela fonctionne…

Qu’est ce que la blockchain ?

ll s’agit d’une sorte de registre qui contient la liste de tous les échanges effectués (achat, vente, signature de contrat, transfert) entre utilisateurs.

Ce registre est décentralisé – c’est-à-dire stocké sur les serveurs de ses utilisateurs – et très sécurisé car il repose sur un système cryptographique de validation par les utilisateurs à chaque transaction. 

D’où le nom de « blockchain » qui signifie « chaîne de blocs » en français. 

Exemple : La blockchain Ethereum est un ordinateur mondial décentralisé détenu et exploité par ses utilisateurs. Ethereum est alimenté par un jeton fongible, ETH, qui est utilisé pour inciter les ordinateurs physiques qui sous-tendent le système. L’ETH est également la devise native du système pour les transactions, comme les achats NFT.

Maintenant que nous avons revu ces notions essentielles, regardons ensemble comment a évolué internet depuis 1990…

Cela vous aidera à comprendre ce que l’on désigne aujourd’hui comme Web 3.0

Web1 (environ 1990-2005)

Cette forme primitive du web est en lecture seule.

Les individus consomment du contenu sur des pages web statiques. Généralement ils naviguent entre elles via des annuaires comme Yahoo. Ce web a été construit via des protocoles open source comme HTTP.

L’internet 1.0 concerne des protocoles ouverts décentralisés et régis par la communauté. 

La majeure partie de la valeur revient aux utilisateurs et constructeurs.

Web2 (environ 2005-2020)

Dans cette seconde version du Web, on ajoute à l’écriture à la lecture. 

Les individus consomment et créent du contenu via les réseaux sociaux que vous connaissez bien : Facebook, Twitter, Instagram et maintenant Tik-Tok. 

L’internet 2.0 concerne donc des services cloisonnés et centralisés gérés par des entreprises. 

La majeure partie de la valeur revient à une poignée d’entreprises comme Google, Apple, Amazon et Facebook. 

Autrement dit, les utilisateurs sont les clients et les entreprises contrôlent les serveurs

Facebook alias Meta et l’histoire surprenante de l’algorithme et du papa (ce n’est pas Web 3.0)

Prenons Facebook… Si vous et moi regardons nos fils d’actualité, ils vont être très différents.  

Pourquoi ? 

C’est simple, Facebook trie les données grâce aux informations que vous lui avez donné préalablement (like, thème des vidéos regardées, publicités visionnées). 

L’entreprise se sert ensuite de ces données pour montrer des publicités ciblées à l’utilisateur. 

Cela va même parfois plus loin… 

Car l’algorithme de Facebook en sait tellement sur nous, qu’il peut prédire des événements…
Laissez moi vous raconter une histoire à ce propos…

Un homme se balade sur son fil Facebook et commence à recevoir des publicités ciblées sur l’éducation des enfants. 

“Hein, mais qu’est ce que sont ces pubs ? Je n’ai pas d’enfants…!” se dit-il.

Puis quelques semaines après, sa femme se dirige vers lui et annonce : 

“Chéri, je vais être enceinte”. 

Que s’est il passé ? 

Sa femme a sans doute cherché avec leur adresse IP publique les symtômes qu’elle avait, relatifs à la période d’ovulation. 

Et l’algorithme d’apprentissage automatique en a déduit qu’elle allait être enceinte. 

L’algorithme a donc montré au mari des publicités sur l’éducation des enfants, avant même que sa femme le lui ait annoncé.

L’algorithme a deviné avant lui.

Cette histoire illustre bien à quel point une société centralisée en connaît sur nous…

… ce qui me pousse à vous poser la question suivante : 

Accepteriez-vous que la Poste lise vos correspondances ?

Sur le podcast Generation Do It Yourself, Mathieu Stefani interroge Gaspard Koenig, le philosophe libéral à propos de la propriété des données. 

Ce dernier prend l’exemple de la Poste et de nos courriers. 

Il pose cette question aux gens qu’il rencontre : 

“ Est-ce que vous accepteriez que la Poste lise le contenu de vos lettres ? ” 

La plupart des gens répondent que non. 

Il enchaîne en disant que c’est pourtant ce que nous faisons tous les jours sur les réseaux sociaux. 

Nous laissons une entité centralisée lire nos correspondances (sur messenger ou gmail par exemple). 

Gaspard Koenig compare le système actuel avec un système féodal où “en échange de tes données, tu as le droit à des services gratuits.”

Et c’est en grande partie à cause de ce problème que beaucoup, y compris moi, voulons construire un nouvel internet. 

Le Web 3.0

Web3 

Nous sommes maintenant au début de l’ère du web3, qui combine l’éthique décentralisée et régie par la communauté du web1 avec les fonctionnalités avancées et modernes du web2.

Selon Packy McCormick, conseiller chez a16z et auteur de la lettre d’information Not Boring : 

“Le Web 3.0 est l’’internet détenu par les constructeurs et les utilisateurs, orchestré avec des jetons”

On y ajoute donc la propriété, notamment des données personnelles. 

Ainsi si on résume : 

  • Web 1.0 : Ecrire + valeur aux utilisateurs et aux constructeurs
  • Web 2.0 : Écrire, Lire + valeur aux entreprises centralisées, les utilisateurs sont les clients
  • Web 3.0 : Écrire, Lire, Posséder + valeur aux utilisateurs et aux constructeurs

Pourquoi le Web 3.0 est important ?

Nous avons déjà en partie répondu à cette question mais j’aimerais aller plus loin avec vous. 

Le Web 3 permet l’innovation que le Web 2.0 étouffait

Repris d’une analyse de Chris Dixon, VC à a16z.com

Les plateformes Web 2.0 telles que Facebook suivent un cycle de vie prévisible.

Dans un premier temps, elles font tout pour recruter des utilisateurs et des tiers comme les créateurs, les développeurs et les entreprises. 

Le but ? Renforcer leur effet de réseau.

A mesure que les plateformes progressent dans la courbe d’adoption en S, leur pouvoir sur les utilisateurs et les tiers ne cesse de croître.

web2 vs web3

Lorsqu’ils atteignent le sommet de la courbe en S, leurs relations avec les participants du réseau passent d’une somme positive à une somme nulle. 

Pour continuer à grandir, la plateforme doit extraire les données des utilisateurs et entrer en concurrence avec les anciens partenaires.

Epic Games VS Apple store : quand la compétition remplace la coopération

fortnite vs apple

Prenons l’exemple de la bataille qui a opposé Epic Games, l’éditeur du jeu Fortnite, et Apple, que tout le monde connaît.

Fortnite est un jeu extrêmement populaire qui a longtemps été le numéro 1 des téléchargements sur l’Apple store.

Ce jeu ramenait donc énormément de consommateurs sur l’Apple Store.

Un jour, Epic Games a décidé de rediriger les joueurs sur leur propre site internet et moyens de paiement, car Epic Games considérait qu’Apple croquait trop leur marge. L’Apple Store a donc tout simplement supprimé Epic Games et Fortnite de l’Apple Store

Sachant que l’App Store correspond à 55% du marché des plateformes d’application, c’était un coup dur pour Epic Games

Analysons ce qu’il s’est passé…

Epic Game était d’abord un moyen pour l’App Store de ramener des clients. ils étaient dans la coopération. Puis Epic Game est devenu un concurrent pour Apple en voulant détourner les clients sur leur site web. La coopération s’est transformée en compétition comme le montre le schéma. 

Avec les plateformes centralisées, il y a une transition de la coopération à la concurrence. 

C’est ainsi que les meilleurs entrepreneurs, développeurs et investisseurs ont appris à ne pas s’appuyer sur des plateformes centralisées, qui étouffent l’innovation. 

Pourquoi le Web 3.0 dynamise l’innovation

Passons maintenant au Web 3.0. 

Ici, la propriété et le contrôle sont décentralisés

Les utilisateurs et les constructeurs peuvent posséder des éléments du service internet, par l’intermédiaire de jetons, fongibles ou non fongibles (NFT). 

Les jetons donnent aux utilisateurs des droits de propriété : la possibilité de posséder une partie d’internet. 

Les NFT donnent aux utilisateurs la possibilité de posséder des objets, qui peuvent être de l’art, des photos, du code, de la musique, du texte, des objets de jeu, des informations d’identification, des droits de gouvernance, des laissez-passer ou plein d’autres usages qui n’ont pas encore été imaginés. 

Les NFT existent au-dessus des blockchains comme Ethereum, dont nous avons parlé dans la partie jeton. L’ETH est également la devise native du système pour les transactions, comme les achats NFT.

Il existe de nombreuses façons pour les utilisateurs d’acquérir des jetons fongibles et non fongibles. Vous pouvez les acheter, mais il existe également des moyens de les gagner.

Prenons l’exemple d’Uniswap, un DEX (plateforme d’échange de cryptomonnaies décentralisées). 

Ce DEX a effectué l’airdrop (le largage) de 15% de ses jetons de gouvernance aux premiers utilisateurs du protocole. Ce type d’action est courante dans le monde du Web3 et permettent de d’inciter l’investissement personnel et l’adoption des utilisateurs. 

airdrop uniswap

Les jetons alignent les participants du réseau pour qu’ils travaillent ensemble vers un objectif commun : la croissance du réseau et l’appréciation du jeton.

Cela résout le problème central des réseaux centralisés, où la valeur est accumulée par une entreprise, et l’entreprise finit par combattre ses propres utilisateurs et partenaires.

Avant le web3, les utilisateurs et les constructeurs devaient choisir entre les fonctionnalités limitées de web1 ou le modèle d’entreprise centralisé de web2.

Le Web3 offre une nouvelle manière qui combine les meilleurs aspects des époques précédentes. 

Blockchain, confiance et désintermédiation 

La révolution technologique de la blockchain permet de tracer les échanges de manière transparente, ouverte à tous et quasi infalsifiable. 

Cela a permis le développement des crypto-monnaies…

…mais surtout d’une valeur importante : la confiance

Grâce au code informatique, nous n’avons plus besoin de compter sur des intermédiaires pour faire les 3 choses suivantes :

  • Les banques pour être payé 
  • Les avocats pour rédiger un contrat
  • Les réseaux sociaux pour gagner sa vie

De plus, après la confiance vient la propriété, autre brique essentielle du web3.

En réduisant le pouvoir des intermédiaires, les gens peuvent tirer vraiment profit directement de leur travail.

Le Web3 est un beau concept car il permet de construire un nouvel internet appartenant aux individus plutôt qu’à des intermédiaires. 

Anonymat dans le Web3

Dans le Web 3.0, vous ne vous inscrivez plus avec votre profil personnel. 

Vous interagissez avec les protocoles grâce à un portefeuille numérique ou wallet comme Metamask. Votre adresse de portefeuille est un ensemble de chiffres et de lettres.

metamask wallet web3

Cela a une implication forte et immédiate. 

Votre identité numérique n’est pas connectée à 100 % à votre identité dans le monde réel.

Vous pouvez donc consulter des pages, télécharger des contenus, faire des achats et toute autre activité sur internet sans que l’on puisse remonter à votre identité réelle. 

Il y avait déjà bien entendu des moyens déjà existants de naviguer anonymement sur la toile.

L’important ici est de comprendre que le modèle des protocoles du Web 3.0 n’est plus de dégager du chiffre d’affaires en utilisant vos données personnelles. 

Nous allons d’ailleurs examiner ensemble trois exemples de protocole qui fonctionne sur le modèle web 3.0 : 

Trois exemples concrets Web 3.0 : Axie Infinity, Brave et Odyssee 

Axie Infinity : le leader des jeux Play and Earn 

axie infinity play to earn web 3.0

Axie Infinity est un nouveau type de jeu vidéo qui correspond bien à la philosophie Web3.

Dans un jeu classique, vous dépensez du temps et souvent de l’argent pour jouer. 

Si on transforme les jeux classiques en équation, la voici : 

JOUER = TEMPS + ARGENT. 

Les jeux Play To Earn comme Axie Infinity inversent la tendance en partageant une partie des bénéfices avec les joueurs et en leur donnant la propriété de leurs items. 

Voici la nouvelle équation :

TEMPS = JOUER + ARGENT

Ainsi le principe est simple : on ne joue plus seulement pour gagner des items et progresser dans le jeu, comme dans un jeu classique. On peut gagner une monnaie numérique en jouant. 

Et autre fait important : on peut acquérir la propriété d’items numériques dans le jeu (personnages, équipements) sous forme de NFT

Comme vous possédez vous items, vous pouvez les échanger, et les revendre à votre gré. 

Il s’agit d’un renversement extraordinaire, au profit du joueur. 

Dans notre cas, Axie Infinity, vous possédez en tant que joueur des Axies, des monstres rondelets et colorés. Lorsque vous gagnez des combats, vous gagnez des SLP (Smooth Love Potion), une monnaie numérique, échangeable ensuite contre des euros. 

Axie Infinity a aussi émis un token de gouvernance AXS. Si vous détenez des AXS, vous pouvez : 

  • participer aux votes clés sur la gouvernance 
  • influencer la manière dont les fonds de la trésorerie communautaire d’Axie sont dépensés
jeu classique vs jeu play to earn web 3.0

Conclusion : Axie Infinity est un projet Web 3.0, car il est détenu à la fois par les constructeurs du jeu et les utilisateurs et est orchestré par les jetons SLP et AXS. 

Brave et le Basic Attention Token

Brave navigateur internet web 3.0

Brave est un navigateur web, comme Google Chrome ou Safari.

Brave propose un nouveau modèle économique pour la distribution des revenus publicitaires. Le navigateur ne vous trace pas et bloque les publicités des sites internet.

Par contre, si l’utilisateur l’accepte, Brave remplace les publicités par d’autres jugées plus pertinentes.

Les revenus de ces publicités sont alors reversés :

  • au site web sur lesquelles elles apparaissent (à hauteur de 55 %) ;
  • à l’éditeur du navigateur Brave (à hauteur de 30 %) ;
  • et à l’internaute (à hauteur de 15 %)

L’internaute est récompensé par la crypto-monnaie de l’écosystème Brave : BAT (Basic Attention Token).

La principale différence avec l’ancien modèle publicitaire est qu’une partie des revenus est redistribué à l’internaute. 

Imaginez si Facebook, Google ou Amazon reversaient 15% de leurs revenus à l’internaute ?

Maintenant, intéressons-nous à une alternative à youtube :

Odysee, l’alternative à Youtube 

odyssee : le youtube web 3.0

Odysee est une alternative décentralisée à Youtube basée sur la blockchain LBRY

Les vidéos peuvent être postées par n’importe qui. 

Les spectateurs peuvent ensuite récompenser les créateurs avec des jetons.  

Odyssee a fait le choix de la totale liberté d’expression. 

Le plateforme ne contrôle pas le contenu posté. 

De plus, rien ne peut empêcher une personne de télécharger une vidéo, un peu comme un grand réseau torrent. 

La vidéo que vous postez n’est pas sur un serveur centralisé : elle est théoriquement sur des milliers d’ordinateurs dans le monde entier. 

Cela garantit une meilleure sécurité. Le réseau social blockchain ne peut ensuite pas être attaqué ni censuré. Cela a des bons et des mauvais côtés. 

Liberté d’expression sous-tend souvent “pas de contrôle” sur les contenus publiés et donc beaucoup de contenus haineux et illégaux. Cela peut aussi être le terreau de théories complotistes. 

Je pense néanmoins qu’il est possible d’avoir un réseau libre avec un contrôle du contenu par la communauté.  

Conclusion sur le web 3.0 : et les NFT, les cryptos, le Metaverse ?

Dans cet article, j’ai souhaité vous donner les bases pour vous aider à mieux comprendre le Web3. 

J’espère que la mission est accomplie. 

Maintenant, si ce monde vous intéresse,  je vous invite à vous inscrire à la formation gratuite Odyssée qui vous aidera à faire des liens entre les briques du Web3 : blockchain, crypto, NFT, DAO, Metaverse… 

Voici le lien d’accès à la formation. 

Suite à la formation, vous recevrez aussi notre newsletter hebdomadaire avec les actualités chaudes du Web3, les protocoles de finance décentralisée les plus sûrs et rentables, des opportunités d’investissement NFT et même des propositions d’emplois !

Donc inscrivez-vous dès maintenant ici. 

JB

.
Partagez cet article !
Jean-Baptiste
Jean-Baptiste
Publications: 36

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *